mercredi 15 juin 2011

Émission de gaz à effet de serre : les compenser quand on ne peut les éviter!

Au Québec, plus du tiers des émissions de gaz à effet de serre (GES) sont attribuables au secteur des ICI, soit les industries, commerces et institutions*. Si on y ajoute les émissions dues au transport dont les ICI font grandement usage, le total augmente encore, démontrant clairement que ce secteur a un impact non négligeable sur les émissions de GES totales au Québec.

La priorité va à la réduction! De nombreuses mesures peuvent cibler une réduction des GES, tout en apportant des économies aux entreprises : efficacité énergétique des bâtiments et équipements, achat local, rationalisation des déplacements des employés, optimisation des opérations de distribution, etc.

Lorsqu’on ne peut les éviter, les émissions de GES peuvent être compensées. Cette compensation peut être ou non officialisée par l’achat de crédits de compensation auprès d’organismes œuvrant dans ce milieu (Planétair et Carbone Boréal sont des exemples d’organismes reconnus au Québec).

Les SADC de l’Estrie, de leur côté, ont récemment respecté leur engagement de compenser les émissions de GES liées aux déplacements des participants des événements organisés dans la dernière année. La compensation, près d’une tonne de CO2, s’est faite auprès d’un organisme local, Action Saint-François (ASF), organisme à but non lucratif situé à Sherbrooke se préoccupant de la qualité des cours d’eau dans le bassin versant de la rivière Saint-François.

Pour plus d’informations sur le sujet :

* Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, 2010. Inventaire québécois des émissions de gaz à effet de serre en 2008 et évolution depuis 1990. www.mddep.gouv.qc.ca/changements/ges

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire