mercredi 5 octobre 2011

Optimiser les contenants, emballages et imprimés

Les entreprises mettant sur le marché québécois des contenants, emballages et imprimés doivent contribuer au financement des coûts de la collecte sélective municipale. En effet, conformément au principe de la responsabilité élargie des producteurs, plusieurs entreprises sont désormais assujetties au Régime de compensation de la collecte sélective. Les contenants et emballages, ainsi que les journaux et imprimés sont les catégories de matières visées par cette démarche réglementaire en vigueur depuis 2005.*

Que vous ayez une contribution monétaire à apporter ou non, des contenants, emballages et imprimés bien conçus et écologiques peuvent vous permettre de réaliser des économies tout en communiquant votre engagement envers le développement durable.

Dans cette optique, Éco Entreprises Québec (EEQ) vient de rendre public le Code volontaire pour l’optimisation des contenants, emballages et imprimés. Celui-ci vise à aider les entreprises à réduire l’impact environnemental de leurs décisions d’affaires en matière d’emballages et d’imprimés en s’appuyant sur les principes de réduction à la source, d’écoconception et de recyclabilité.

Plus concrètement, les 7 points suivants articulent la stratégie présentée dans le Code volontaire :

1. Penser cycle de vie
Assurez-vous une réduction globale de l’empreinte des produits emballés?

2. Adopter des critères d’approvisionnement responsable
Avez-vous une politique d’approvisionnement responsable?

3. Améliorer le ratio emballage/produit
Un changement dans la conception de l’emballage peut-il entraîner une réduction de la masse ou du volume?

4. Concevoir pour le transport
Une modification de l’emballage peut-elle conduire à une amélioration du système de distribution ou des modes de transport?

5. Améliorer le scénario d’usage
Une modification de l’emballage permet-elle d’améliorer l’expérience du consommateur tout en préservant les fonctions essentielles du produit emballé (critères de performance)?

6. Améliorer la recyclabilité
L’emballage est-il présentement compatible avec la filière de collecte sélective et de recyclage?

7. Communiquer
Quels sont les facteurs de succès d’une bonne communication environnementale?

Il est à noter que le Code volontaire propose une démarche progressive en trois volets. Le premier volet, soit pour l’année 2011 s’étend sur une période de quatre ans et s’adresse au secteur « manufacturiers-détaillants » de produits alimentaires et de santé et beauté.

* Afin de savoir si votre entreprise est assujettie au Régime de compensation de la collecte sélective, consultez le site d’Éco Entreprises Québec, un organisme sans but lucratif accrédité par Recyc-Québec représentant ces entreprises. Vous pourrez notamment y trouver des capsules d’information en ligne simples et claires.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire